“La commune devrait aider Tornos” Un échange sur le site du QJ

Marcel a écrit il y a 2 jours 7 heures

La commune de Moutier devrait quand même se mêler de cette histoire pour convaincre le collectif de partir. Il ne sert à rien d’avoir une promotion économique si on ne montre pas aux entreprises qu’on s’occupe de leurs problèmes. Laisser Tornos se débrouiller avec une patate chaude pareille ne soigne pas l’image d’une ville qui veut tout faire pour accueillir des entreprises. Le Pantographe n’apporte rien en terme d’image et encore moins en terme de finances à la ville alors gentiment leur demander de se trouver un autre endroit ne serait pas un mal. De plus le bâtiment actuel du Pantographe est à remettre en état avec de gros moyens que ne pourra jamais s’offrir un centre culturel autogéré. Leur suggérer d’aller dans un endroit dans lequel les 15 prochaines années ne nécessiteront pas de travaux de grande ampleur devrait quand même les faire réfléchir pour assurer leur pérennité.

Gilles Strambini à écrit à l’instant :

Mon cher Marcel,

J’apprécie vos bons conseils. Je me permets toutefois de corriger les quelques bourdes que vous faites dans votre commentaire.

1. Nous ne sommes pas le problème de Tornos. C’est le pognon que coûte une dépollution du site qui l’est. Svpl, arrêtez de nous mettre la responsabilité des soucis financiers de Tornos sur le dos, c’est ridicule. Nous coûtons ce que l’on appelle une cacahuète en comparaison au gaspillage (eau, électricité, chauffage) que Tornos ne cherche aucunement à limiter dans la totalité de son parc immobilier…c’est sûr qu’il y a à assainir ! Et je le répète une fois de plus, nous avions un arrangement depuis 2008, qui était profitable aux deux parties, car nous offrons en échange l’entretien des 1500 m2 du bâtiments (je préfère,  contrairement à M. Edelman, ne pas citer de chiffres, car il n’y a pas de base de calcul solide, pour différentes raisons que j’ai déjà expliquées). Nous avons ensuite reçu une proposition de vente en 2013, que nous pouvions assumer financièrement. C’est la nouvelle direction qui a foutu le feu à la patate, à elle d’en assumer les conséquences!
Le principal problème est l’incapacité dont beaucoup font preuve de partir de l’idée que l’on puisse être honnêtes, et l’inverse pour Tornos.

2. “Le Pantographe n’apporte rien en terme d’image”… Vous seriez poli de préciser que cela n’est que votre petit point de vue personnel et mal informé. Un lien pour vous donner une idée concrète du “rien” :
https://pantographe.info/2015/11/18/curriculum-vitae-dun-collectif-de-marginaux-inutiles/

3. “et en termes de finance”… on ne rapporte pas en pognon, non. On offre ce que vous avez pu lire dans le rapport ci-dessus, gratuitement, contrairement à d’autre entités culturelles qui font moins pour plus cher. Je ne leur jette pas la pierre, c’est notre choix d’être autonome et généreux, on ne va pas forcer les autres à fonctionner comme nous, mais on demande la réciprocité à ce sujet. On appelle ça : respect de la diversité.

4. Nous avons entretenu le bâtiment dès notre arrivée en 2006. En 2008, nous étions sur le point d’investir 70’000frs dans le toit de l’annexe nord, offres à l’appui, avant d’être court-circuités par les ambitions du musée qui finalement nous ont coûté 230’000frs en 2013. S’il y a des investissements à faire, nous les assumerons encore, mais pas ceux liés à la pollution des sols dont nous ne sommes pas responsables.

5. Qui a dit que l’on avait peur des travaux ? J’ai la sensation que vous n’avez pas saisi grand chose à notre philosophie. Il ne s’agit pas de laisser moisir en attendant que le bâtiment s’écroule comme Tornos l’a fait pour le foyer, entre autres. Ce bâtiment est sain, car nous avons pris soin de l’existant, sans aseptiser et déshumaniser les espaces comme le font la plupart des entreprises et autres régies. Nous faisons vivre ces murs et ces sols et les respectons pour leur âge et leur âme.

OOOOOOUUUULALALALALA ! j’ai dis que les murs avaient une âme ! Et voilà, je vais passer une fois de plus pour un illuminé. Eh bien sachez, cher Marcel, que le futur sera peuplé d’illuminés ou ne sera pas. Dans ce sens, notre pérennité est assurée (mais c’est gentil de vous inquiéter pour nous), car il y a du boulot pour redonner un chouïa de cohérence à notre société.
Oui, monsieur, avant toute autre chose, nous sommes COHÉRENTS, contrairement au trois quarts de ce qui vous entoure et vous semble NORMAL.

Regardez juste un peu autour de vous. Ouvrez les yeux.
Et venez visiter le Pantographe, vous comprendrez mieux pourquoi on ne peut pas le déménager.

source : http://lqj.ch/region/l-espoir-est-tenu-mais-les-pirates-tetus

0 Comments

Add Yours →

Laisser un commentaire

*