Mail à Tornos 13 janvier : Mais bien sûr !

M. Edelmann,

Votre direction est de mauvaise foi. Vous le prouvez une fois de plus avec votre intervention radiophonique d’hier qui élude notre mail du 11 janvier.

“(télébielingue 4 novembre) “J’ai (l’utilisation de la première personne est surprenante, vu que vous n’étiez pas en poste à l’époque) fait une offre au collectif pour racheter le bâtiment pour 200’000.-, mais ils n’ont pas réussi à réunir l’argent dans les délais…”

Il est plus complexe d’acheter une ancienne Usine sur un site potentiellement pollué qu’un paquet de chewing-gum. Mais dans les deux cas il faut un acheteur qui paye ET un vendeur mettant l’objet à disposition. Permettez-nous de revenir une fois de plus sur l’historique de l’affaire, que nous avons expliqué en détail dans notre lettre ouverte :

1 :  En 2013, dans le cadre de la médiation Tornos – Pantographe – Musée du tour, deux choses nous sont demandées 1- Rembourser au musée les 228’000.- investis dans l’aile nord 2- Racheter le bâtiment aux mêmes conditions que le Musée. Le délais de fin 2013 est évoqué informellement.

2 : Le 20 novembre 2013, on nous informe par mail que la direction est en soucis avec la pollution. Comme elle ne nous fournit ni analyses des sols, ni promesse de vente notariée, notre perspective d’emprunt à la Banque Alternative Suisse tombe à l’eau. Malgré la confusion, nous continuons nos recherches de fonds.

3 : En 2014, nous rencontrons M. Paredes et M. Studer. Nous parlons du problème épineux de la pollution. Nous proposons des alternatives : location, prêt à usage en payant les charges, rachat en droit de superficie. M.Paredes, sceptique, dit devoir se renseigner et qu’il nous recontactera.

4 : Après des mois sans nouvelles, nous invitons la direction à plusieurs reprises, puis le conseil d’administration. Les réponses sont évasives, mais vont toutes dans le même sens : “Ne vous inquiétez pas, nous allons trouver une solution…veuillez patienter, on vous contactera.” 

5 : En septembre 2015, le projet d’implantation au Pantographe du bureau du fOrum culture exige une clarification de la situation. Pour toute réponse à notre Xième invitation, nous recevons une convocation à la fameuse séance d’information du 2 octobre “expulsion irrévocable”.

En regard du petit exposé ci-dessus (nous avons tous les documents prouvant sa véracité), toute personne dotée de bon sens relèvera la violence cynique de cette expulsion.

Suite à cela, vous laissez entendre que vous n’avez jamais fermé le dialogue ? A la question “Comment expliquez-vous que le Pantographe affirme que Tornos ne donne pas de réponse?” (grrif, le journal du mur, 13.1.2016) vous répondez “Nous avons proposé de discuter la date de sortie mais pas le fait de rester ou pas dans l’usine. Et vous vous étonnez ensuite de notre absence de réponse… est-ce nécessaire d’expliquer que vos conditions d’entrée en matière condamnent notre projet et que c’est justement pour éviter cela que nous souhaitons vous rencontrer ?

Comme vous nous tendez une main huileuse au dessus d’un gouffre, nous dédaignons l’offre et préférons faire ce premier pas que vous attendez tant :

Nous vous proposons de restituer les locaux de l’ancienne usine Junker en date du 30 février, mais nous vous rencontrons volontiers pour discuter de l’année. 

Avec nos cordiales salutations

Pour le collectif

Danilo Tamasi      Gilles Strambini       Ondine Yaffi

P.S. : Par soucis de transparence, nous vous informons de l’accueil de 15 jongleurs étrangers ces prochaines semaines. Vous êtes toujours le bienvenu pour venir boire un café en leur présence, si votre devoir de propriétaire vous impose une vérification.

P.P.S. : Une photo en cadeau pour vous


Copie à :

– municipalité

– office de la culture

– Pays des merveilles

– fOrum culture

pantographe.info

– presse

Laisser un commentaire

*