L’heureux épilogue dans l’affaire du Pantographe…

…on l’a déjà vécu le 12 avril 2013, après avoir payé 230’000.- pour sauver les billes de la commune (et celle du musée) “qui profitera de ce développement culturel”. Tornos : “On veut vendre et on aurait vraiment d’autres choses à faire que de s’occuper d’un domaine qui n’est pas le nôtre. “http://www.canalalpha.ch/actu/heureux-epilogue-dans-laffaire-du-pantographe/

On était prêt à acheter et on est tout à fait d’accord : Ce n’est ni le rôle de Tornos de soutenir, ni son droit de détruire des objets qui n’appartiennent pas à son domaine.

Novembre 2013, notre directeur préféré est viré (probablement jugé trop sentimental) et on nous informe : “on peut pas vous donner les documents dont vous avez besoin (pour trouver l’argent), car on a des problèmes avec la pollution”. Ah ? et on fait comment alors ? “On vous recontacte, on trouvera une solution.”

2 ans plus tard, la direction a un peu oublié de nous tenir au courant qu’elle n’en avait pas trouvé et qu’on fait malencontreusement tache sur leur business plan, à côté de leurs futurs parkings et autres transferts de capitaux immobiliers : “on a été gentils jusqu’à maintenant, alors vous êtes priés de vider les lieux le 29 février 2016”, et même si elle ne sait pas trop ce qu’elle va faire de l’usine “cela ne vous concerne pas” et la seule mauvaise excuse qu’elle trouve : “la vente n’a pas eu lieu, car le collectif n’a pas trouvé l’argent”. FAUX !

Et c’est ces mecs là qui veulent continuer a faire la pluie le beau temps…

Ben, on est pas tous d’accord : http://www.canalalpha.ch/actu/les-amis-du-pantographe-ont-defile-a-moutier/ , le conseil-exécutif Bernois non plus, vu qu’il propose une médiation par l’office de la culture.

La commune va t-elle enfin autoriser qu’une demande de conciliation concertée soit faite à Tornos ? Ou alors il est trop tard pour que le politique puisse freiner l’aveuglement destructeur du monde de la finance ?

Suspense !

En attendant, certains fuient le navire, le Panto n’étant plus assez zen pour certains yogis qui ont peur des gaz lacrymo, ni assez sûr pour l’avocate d’asile Bienne et région (ABR) qui préfère ne pas prendre le risque que des réfugiés se retrouvent en situation irrégulière… c’est tragi-comique.

Toutefois, moult embarquent et avec un enthousiasme qui fait plaisir à voir, que ce soit les jongleurs de ces dernières semaines qui n’arrivent plus à partir ou les artistes qui multiplient les demandes pour ces prochains mois : l’agenda des résidences déborde !

Le Pantographe est plus vivant que jamais !

MERCI A CEUX QUI LE SOUTIENNENT !

PANTO : TOO MANY TO FAIL !

think parts, think… QUOI ?

Alors, l’épilogue de ce remake ? Français ou Hollywoodien ?

0 Comments

Add Yours →

Laisser un commentaire

*