Journal d’un Dindon… J+16

événements du 18 octobre 2015

Nous sommes dimanche. Il pleut. La crête du Graitery est, depuis hier, blanchie de sa première neige. On entend dire que cet hiver sera le plus froid qu’on ait eu depuis un siècle. Je ne crois plus à des prévisions dont les bases de calcul sont depuis un bout de temps parties en vrille. Le monde me tombe sur le moral au premier instant de cette morne journée. Moutier s’en fout, le monde s’en fout… cette lutte pour maintenir une idée de la justice, de la morale, de l’honneur, du vivant, du partage, a commencé il y a des siècles.

Le deuxième millénaire est déjà bien entamé et ce n’est malheureusement pas le progrès qui rayonne. On régresse avec plus de panache et des moyens plus efficaces. Destruction est le pendant de la croissance. Destruction de la planète, des ethnies, de la culture, du simplement beau… Destruction de tout ce qui freine la destruction. Je me demande souvent à quelle humanité aspirent les gens. Il ne faut pas se laisser tirer en bas, l’exercice demande une foi et une énergie constante. Les désillusionnés croient que leurs révolutions ont échoué. Ils se trompent. Sans elles, ce serait pire. Elles ont permis de maintenir l’équilibre. Bancal, certes.

Je pense à Berzu, je suis personnellement convaincue qu’il savait. C’est la seule raison que je trouve au silence de la municipalité en retour de notre courrier du 18 septembre pour le bureau du réseau ARS. Je sais pas à quel jeu ils jouent tous, mais c’est nous qui payons les mises d’une table à laquelle nous n’avons pas décidé de nous asseoir.

Quand on se lève, la maison s’est vidée. Même l’électricité est partie. Comme à chaque fois, je fais une petite prière pour que cela dure toujours : un vrai changement qui bouleverse le confort dans lequel l’humain s’est englué nous ferait retrouver un peu notre humanité. La panne dure peu de temps. Je suis énervée.

Aujourd’hui les suisses élisent le parlement fédéral. À l’heure où j’écris, entre 40 et 50 % on voté UDC. Rien de surprenant. L’UDC use de vieilles formules qui fonctionnent : Faire peur, trouver un bouc-émissaire, rallier les indécis.

la suite au prochain épisode : J+17