LE TRIBUNAL ORDONNE L’EXPULSION DU PANTOGRAPHE DANS 20 JOURS, oui MAIS …

La mauvaise nouvelle d’abord

Le 31 mars 2016, refusant tout arrangement à l’amiable, Tornos attaquait en justice l’association Collectif pour la culture. Du côté de la direction de l’entreprise en déclin, ils nous renvoient la responsabilité. Mais au mois de février dernier, ils ont balayé toutes nos propositions pour sortir du conflit. Nous étions effectivement d’accord de partir si ils nous laissaient un délai convenable et, SURTOUT, si ils nous garantissaient le remboursement des investissements faits dans l’aile nord. Sujet qu’ils ont écarté une fois de plus nous empêchant de signer leur convention.
La procédure civile menée par le tribunal régional a été vite expédiée : c’est un cas dit “clair”. Le propriétaire est donc en droit de récupérer son bien sans délai.
Nos réponses idéalistes aux arguments purement juridiques de l’avocat de Tornos n’ont pas reçu les faveurs de la juge. La propriété privé est un droit inaliénable en Suisse, ce qui veut dire qu’un propriétaire a la loi de son coté qu’il soit honnête ou pas. Le non respect d’une promesse de vente n’entre pas en ligne de compte si elle n’est pas faite devant notaire. Notre naïveté en prend un coup.
Nous pouvons nous résigner à quitter l’usine Junker, et ce en court-circuitant toute résidence et programmation en court et sans avoir eu le temps de trouver un nouvel espace pour recommencer un nouveau projet. Mais il reste auparavant une autre affaire à résoudre : En 2012, lors de sa médiation au sein du conflit MTAH-Pantographe, la municipalité nous a demandé de payer ce qu’elle même avait prêté au Musée du Tour pour qu’il puisse rénover l’aile nord du bâtiment. C’était alors une condition nécessaire à la continuation des débats. Nous avons emprunté cet argent à la fondation “Pays des merveilles” et reçu la garantie de pouvoir acheter le bâtiment par la suite. Promesse envolée avec le directeur qui l’a faite : Tornos change de direction comme de chemise.
Contrairement à cette entreprise à la moralité douteuse, nous n’avons qu’une parole et elle a été donnée à la fondation “Pays des merveilles” : nous nous sommes engagés à la rembourser. Le CFO M. Edelmann nous a dit vouloir traiter de ce sujet avec la fondation suite à notre départ, mais nous ne nous ferons pas avoir deux fois. Nous n’avons plus confiance.
Nous avons demandé à rencontrer M. Winistoerfer cet après midi afin de transmettre à la municipalité (car elle est impliquée dans les tenants et aboutissants de ce dossier) nos conditions : nous libérerons les locaux le 8 juin à midi, comme nous le demande la juge, seulement si l’intégralité des 228’000.- est versé avant ce délai sur le compte de la fondation “Pays des merveille”.
Et la bonne nouvelle…
…c’est que nous invitons tous les sympathisants à venir partager les derniers jours de la version Prévôtoise du Pantographe. Cet événement baptisé “MOUTSTOCK” se déroulera du 3 au 8 1/2 juin 2016.
Et ceux qui veulent déjà venir avant… sont les bienvenus !

Laisser un commentaire