Lettre du 24 avril de la Fondation “Pays des merveilles” à Tornos

…Encore une lettre restée sans réponse

FONDATION PAYS DES MERVEILLES – STIFTUNG WUNDERLAND

Bienne, le 24 avril 2016

Concerne : Pantographe

Monsieur Edelmann,

ayant appris votre démarche auprès du tribunal pour l’expulsion du Pantographe de l’Usine Junker, je me permets de m’adresser encore une fois à vous. Notre fondation, lors des turbulences de 2013, a réussi à sauver la situation en prêtant Fr. 228’000.- au Pantographe, qui a versé cet argent au musée du tour automatique, qui a ainsi pu rembourser ses dettes auprès de la commune de Moutier. Ce montant correspondait aux coûts des rénovations que le musée avait entreprises dans l’aile Nord du bâtiment. En échange, le musée renonçait à son droit de préemption qui naturellement était transféré au Pantographe, bien que Tornos ait omis de l’inscrire au registre foncier.

Sans cette promesse de vente, et sans la perspective d’une longue continuité du projet, nous n’aurions jamais prêté de l’argent à Pantographe. La seule sécurité pour notre fondation était la transformation envisagée du prêt en hypothèque sur l’immeuble. Avec le départ du Pantographe, cette intention devient caduque, à moins que Tornos ne respecte sa responsabilité et nous rembourse l’argent investi dans son bâtiment. Sans ça, le Pantographe se retrouve bientôt sans domicile et chargé de dettes lourdes.

Ce qui vaut plus lourd encore, c’est votre refus de nous accueillir. Dans la communication ouverte, je suis sûr qu’on aurait trouvé une solution. Mais votre direction ne voulait même pas nous informer sur ses projets d’utilisation de l’Usine Junker. Une cohabitation avec le Pantographe aurait été dans la mesure du possible, j’en suis persuadé.

Il me reste, mis à part la déception et l’incompréhension de votre comportement, la crainte que l’immeuble en question reste vide après l’expulsion du Pantographe. Cette vision me scandalise !

Je n’arrête pas de croire à vos bonnes intentions et vous prie une dernière fois de rencontrer une délégation de la fondation « Pays des merveilles » pour un échange direct et libre de préjugés.

Res Balzli, président

Copie à Pantographe (libre à la publication)

Laisser un commentaire

*