Visite de la direction de Tornos & appel à manifester

Nous invitons tout sympathisant à nous rejoindre dès demain et tous les jours ouvrables suivants entre 12h30 et 13h30 pour réclamer un dénouement qui, à défaut d’être sensé, reste digne.

En ce matin du 1er juin, nous recevons un appel de notre ex-contact chez Tornos, Michel Studer, sollicitant une rencontre au Pantographe avec les membres de la direction. Nous acceptons avec curiosité et un soupçon de scepticisme cette deuxième visite spontanée de B.Edelmann et T.Bergère qui étaient déjà venu en février, apparemment dans le but inavoué de faire bonne figure auprès du public, mais sans aucune volonté de concession (voir ici).

Nos doutes étaient fondés. B. Edelmann est venu nous répéter ce qu’il avait écrit précédemment : Il s’engage – et on peut compter sur sa parole selon lui – à discuter avec la fondation “pays des merveilles” uniquement et après notre sortie. On le savait déjà. Il ajoute avec son habilité habituelle “qu’ils ne sont pas obligés de rembourser et que toute dégradation de la maison sera déduite de la somme éventuelle”. En claire : ils espèrent que l’on pète tout, ce serait une bonne excuse pour nous arnaquer une fois de plus.

Nous lui avons poliment répondu que s’engager “à discuter” était nettement insuffisant, qu’une parole issue de la direction de Tornos n’avait de toute façon plus aucune valeur à nos yeux, que nous n’avions absolument pas envie de casser quoi que ce soit en dehors de leur mépris, mais qu’une chose était certaine : nous seront digne de la confiance de la fondation qui nous soutient inconditionnellement et ne prendrons pas le risque que la société anonyme Tornos se dérobe à nouveau. Vous l’aurez compris, peu nous importe l’argent, il s’agit ici de loyauté : nous ne quitterons le bâtiment et spécifiquement l’aile qui nous a coûtée 228’000.- que si la totalité de cette somme est versée sur le compte de la fondation.bulletin228000

Libre à Tornos de demander à la juge qu’elle autorise la commune à envoyer les forces de l’ordre pour nous déloger dès le 8 à midi (délai officiel)… cela ne changera rien, à part une amende supplémentaire pour le collectif (on doit déjà payer 1’500.- de frais de justice et dédommagement) : nous reviendrons systématiquement réclamer notre dû, là où on nous laissera nous exprimer.

Après les salutations d’Edelmann qui nous souhaite “une bonne continuation” (c’est de l’humour d’expert comptable) nous avons spontanément transformé notre dépit en sortant manifester notre mécontentement sur le trottoir devant le bâtiment principal de Tornos avec notre seule voie et un panneau ridicule en buvant du thé.

Et comme ça nous a plu, nous invitons tout sympathisant à nous rejoindre dès demain et tous les jours ouvrables suivants entre 12h30 et 13h30.

Notre (super) slogan : “REMBOURSEZ, ou nous serons encore là demain”. C’est un peu violent pour la suisse, mais on assume. Et on va en inventer plein d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*