Et si on (re)levait la tête ?

Je lisais les dernières news car les polémiques autour de la 5G (qui est une dangereuse aberration consumériste à mon humble avis, voir cet article) me questionnent pas mal et je tombe sur cette contradiction :

Swisscom dit des trucs du genre : ne vous inquiétez pas, les limites légales en Suisse sont 10X plus sévères que celle de nos voisins Européens et aucune étude ne prouve de nuisance si on les respecte, et en même temps : il faut absolument relever les limites et le groupe de travail de Doris cherche comment faire pour vous enfiler le truc avec panache.

le patron de Swisscom dimanche 16 juin dans la presse :
“Il existe des milliers d’études [sur le rayonnement des ondes de radiocommunication, ndlr] et aucune ne montre une preuve scientifique, que la radiocommunication mobile est nuisible en respectant les valeurs-limites”.

communiqué de presse de swisscom du 17 avril 2019
“Afin d’exploiter pleinement le potentiel de la 5G, il est nécessaire d’adapter l’ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI). La réglementation actuelle de 1999 entrave l’expansion rapide et affaiblit la compétitivité internationale de la place économique. La sévérité des conditions-cadres réglementaires empêche tous les clients de profiter pleinement des performances de la 5G.
Un groupe de travail dirigé par l’OFEV doit démontrer au Conseil fédéral d’ici fin juin comment la 5G peut être mise en œuvre rapidement, tout en respectant le principe de précaution de la Loi sur la protection de l’environnement.”

Alors c’est pas difficile d’être plus sévère vu que si on cherche les normes européennes, on constate en faite qu’il n’y a pas de limite (!) en ce qui concerne les expositions faibles à longue durée… C’est-à-dire celles qui sont subient par toute forme du vivant depuis plus de 20 ans.

Extrait du communiqué du CRIIREM du 6 janvier 2019 (Centre de recherche et d’information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques) : “Le Conseil de l’Europe, sous la pression des lobbies, aussi bien de la téléphonie mobile que des producteurs d’électricité, n’a retenu que le seuil thermique, déclarant les effets biologiques non avérés.

Si on regarde cette fameuse ordonnance ORNI, on voit dans cette motion au grand conseil de 2003 (étrangement liquidée) ou ces explications d’un expert en électro-smog, qu’elle est basée sur le même “on n’en sait rien mais faut pas bloquer le progrès” que d’habitude.

le discours des opposants est pourtant solidement étayé : Récapitulatif du danger de la téléphonie mobile et du Wi-fi

Bref, faites-vous votre opinion, moi, de toute façon, je suis irrécupérable, je fais partie des 8% de la population Suisse à ne pas posséder de portable… ça donne une idée du fric qui est en jeu et de la difficulté à remettre en question cette addiction de masse. J’ai lu quelque part qu’il y avait plus d’abonnements mobiles sur terre que d’humain, on appelle joliment ça le taux de pénétration d’un produit, il est actuellement à plus de 100%…

Mais je demande quand même à cette énorme majorité de ne pas faire n’importe quoi – ne serait-ce que pour les gens qui subissent les mines de cobalt et autres merveilles postcoloniales – Vous avez vraiment besoin de télécharger des film en HD en 3 secondes ou de parler à votre grille-pain?

Outre un débat qui n’a pas vraiment lieu autrement qu’à boulets de canon, ce que je déplore est autant cette perpétuelle attitude méprisante des lieutenants de la haute-finance que celle des trolls-soldats “à-quoi-bon-istes” des réseaux associaux. Pour eux, on est toujours pas sorti de l’ère “il n’y a pas d’alternative”. Ils s’agacent de ces alarmistes et autres complotistes et de cette masse irrationnelle qui pond des fake-news par peur ou désespoir, alors qu’ils en sont les principaux vecteurs par leur discours obscure et leur cynisme inavoué.

C’est stérile. Si on souhaite faire avancer le schmilblick, il faut trouver autre chose.

Si on observe un peu, si on respire un coup, si on lève la tête, on peut voir l’alternative partout, mais elle est souvent timide, discrète et sensible.

Ça fait beaucoup de “si”.

Voilà, voilà. J’en ai terminé pour aujourd’hui. Merci de m’avoir lu.

Solidairement

Pilou

0 Comments

Add Yours →

Laisser un commentaire

*