Rojava : un modèle pour l’humanité

Vous ne comprenez rien à ce qu’il se passe en Syrie, jetez un oeil à la série de reportage en lien en bas de page.

Au centre des jeux d’influences des grandes puissances, le peuple Kurde s’en prend plein la gueule. Malgré les horreurs de la guerre, il a réussi à développer un modèle de société féministe exemplaire, aujourd’hui mis en péril par une phénoménale coalition de connerie multi-nationale.

La tentative concrète d’administration autonome de cette zone depuis 2016 – en association avec toutes les ethnies locales – est fondée sur le communalisme, le multi-culturalisme, l’égalité des sexes et l’écologie. Ce modèle participatif, évolutif et pacifique déplaît évidemment à toute une collection de sociopathes obsédés par le pouvoir : l’Etat Islamique, le régime de Al-Assad et la Turquie de Erdogan, entre autres.

S’agitent derrière eux les états-nations occidentaux, pantins pathétiques sous le joug du capitalisme mondialisé. Ils sont impuissants ou complices.

Il est plus que jamais nécessaire de protéger ces modèles de société ouverts et tolérants. Ne faisant pas partie de ceux qui souhaitent rejoindre la guérilla armée, je plaide pour notre capacité à concevoir des modèles similaires, au sein même de nos carcans, ici, dans l’inertie de la société Suisse.

Si nous cessons de nous déresponsabiliser sur des élites politiques – esclaves de la croissance et des lobbies – nous pouvons nous employer à créer et gérer nous-même le système dans lequel nous évoluons.

Si nous refusons de déléguer notre pouvoir, que nous l’arrachons des mains des spéculateurs et actionnaires, alors nous pouvons faire un choix. Ce pouvoir synonyme de contrôle, de violence et d’inégalité, nous pouvons l’abroger.

Dans l’espace ainsi laissé vacant, il y a la place pour loger le capital-confiance qu’il nous reste en l’humanité. Celle du dehors et celle du dedans. Indispensable au renouveau de nos imaginaires collectifs, là est le terreau d’un monde nouveau. Celui du dehors et celui du dedans. Un monde à l’image de l’âme des peuples libres : infiniment complexe et contradictoire, mais ni belliqueux, ni cynique. Le monde du vivant.

Injustement victimes des violences d’un système colonialiste et patriarcal en cours d’effondrement, des femmes du Rojava ont offert ce geste en exemple.

Nous qui vivons confortablement au cœur du monstre, aurons-nous le courage de les suivre ? Elles ont besoin de nos actes. Aujourd’hui en manifestant notre colère devant la passivité de nos gouvernements et en boycottant la Turquie d’Erdogan ; demain en confisquant aux état-nations ce pouvoir qui rend fou.

Laisser un commentaire

*