Bellefontaine, Jura, nov.2019 : épisode final

COPIE DE LA LETTRE DU 2 NOVEMBRE À LA DIRECTION DE BKW

On transmet ceci avec l’accord de son premier destinataire. Ce texte explique le contexte qui nous a fait abandonner le projet à St-Ursanne, après 2 ans d’attente.

Cher Urs,

Imaginer développer un projet tel que le nôtre sur la commune de St-Ursanne nous est impossible dans de telles conditions.

Nous avons pris note que BKW ne privilégierait pas forcément la commune de St-Ursanne pour le rachat de Bellefontaine. Malgré cela, la posture concurrentielle dans laquelle nous positionne la municipalité, en convoitant le même objet que nous pour y développer un camping, transforme notre projet en potentiel risque ou problème. C’est pour nous une entrave considérable qui, croyez-en notre expérience, empêche toute collaboration.

Nous concédons à ce système une part de reniement de nos valeurs morales seulement si cela crée des liens. La commune, sans avoir posé une seule pierre à l’édifice, a sectionné la passerelle que nous avions patiemment commencé à construire avec vous ces deux dernières années. Mais bien au delà du Clos du Doubs, c’est l’entier du Jura sud et nord que nous nous décidons à quitter. De nombreux acteurs ont malmené jusqu’à éteindre notre volonté à rebâtir un projet progressiste, généreux et solidaire dans cette région.

Après plus de dix ans à vouloir trop respecter les règles dictées par des tricheurs, nous sommes forcés de constater que cette stratégie coûte beaucoup, sans rien apporter à notre entreprise. Elle la met même en péril. Nous allons donc en changer et opter pour un mode moins consensuel, plus cavalier. Mais n’ayez point d’inquiétudes, l’objectif de la charge sera autre que Bellefontaine.

Si la commune de St-Ursanne et bien d’autres nous ont profondément déçus, nous sommes consolés par la chance d’avoir rencontré en vous une personnalité digne de confiance. Les rares personnes telles que vous prouvent que des directeurs d’entreprises poursuivant des buts diamétralement opposés peuvent se rejoindre sur l’éthique, fondement de notre humanité. Un monde où une multitude de systèmes coexistent dans un esprit de coopération et non de prédation est possible. Merci.

Nous continuerons de nous battre pour qu’un tel monde existe. Le futur de notre espèce dépend, selon nous et bien d’autres, de ce changement de paradigme.

Nous espérons pouvoir vous inviter prochainement dans un lieu qui nous ressemble, dans un contexte moins formel, pour partager un café ou un verre de vin.

Dans l’intervalle, nous vous transmettons toute notre amitié.

Ondine & Gilles

Laisser un commentaire

*